Accueil > Game Design > Tirer des leçons des mauvais jeux-vidéo

Tirer des leçons des mauvais jeux-vidéo

Catégorie(s) de l'article : Game Design
Article écrit par amazone
 

Si vous jouez aux jeux-vidéo, vous avez très probablement déjà été confronté à des « bugs » ou autres problèmes techniques. Ces problèmes impactent grandement la réputation des jeux et peuvent leur faire une très mauvaise publicité s’ils ne sont pas traités correctement. Nous allons ici identifier les facteurs qui influencent négativement un jeu-vidéo et voir comment les éviter afin de proposer un produit de qualité. Plusieurs causes peuvent entrer en jeu.

 

Au niveau technique

Un jeu vidéo qui présente différentes anomalies au niveau technique peut très vite être problématique et générer le mécontentement des utilisateurs. Il est donc important d’identifier rapidement les problèmes techniques pour les corriger afin d’éviter qu’ils impactent de manière négative la réputation du jeu. Ces anomalies peuvent être de différentes natures. Des crashs de type « CTD », des évènements qui refusent de se déclencher, des commandes qui ne répondent pas, une diminution de la fréquence d’image non expliquée, ou simplement une erreur de code. 

Il faut savoir que de nombreux jeux vidéo avec un excellent design ont perdu en crédibilité durant l’année de leur sortie à la suite de problème techniques non détectés. C’est pourquoi il est important que les développeurs prennent du temps pour résoudre les anomalies en déployant des mises à jour correctives. De plus, les développeurs doivent mettre en place des actions de communication auprès des joueurs afin de résoudre les problèmes techniques efficacement.

 

Au niveau sensoriel

Les problèmes sensoriels sont liés à ce que le joueur voit, entend ou contrôle dans le jeu. Ces problèmes peuvent être de différentes natures : des personnages qui traversent les murs, des doublages qui présentent des incohérences, etc. Toutes ces anomalies nuisent à l’expérience de jeu et à l’immersion dans les jeux-vidéos. 

Les graphismes d’un jeu-vidéo entrent dans cette catégorie et sont important pour que le joueur soit en immersion. Cependant, évaluer les graphismes d’un jeu vidéo relève d’un critère subjectif et peut différer en fonction des personnes. Certaines personnes vont préférer des graphismes réalistes alors que d’autres vont préférer des graphismes avec un effet « cartoon ».

Le doublage dans les jeux-vidéo est un levier important pour renforcer l’immersion du joueur. Il est préférable de privilégier des sous-titres pour les dialogues si les doublages sont de mauvaise qualité. En effet, le doublage peut avoir une incidence sur le ton du scénario et donc avoir un impact négatif sur la qualité du jeu.

 

Au niveau du Game Design

 Des règles du jeu non respectées ou mal établies peuvent poser un problème et montrer des défaillances lors de la conception du jeu-vidéo. En effet, si la difficulté est trop légère, elle peut mener à une expérience de jeu soporifique et générer la lassitude des joueurs. Si l’on prend l’exemple du jeu « Gun » sorti en 2005. Arrivé au combat final, le boss du jeu ne porte pas de protection au visage. Le gamer se dit donc naturellement qu’il peut être achevé en visant sa tête. 

Cependant, les développeurs n’ont pas respecté les règles naturelles en décidant qu’il n’y avait qu’une seule manière de terrasser le boss : en tirant sur les bâtons de dynamite que ce dernier lançait. Dans un cas comme celui-ci, on dit que l’action en jeu est guidée par un « script ».

 

Le concept de « no growth »

Lorsqu’un jeu est trop répétitif et sans réel intérêt, on dit qu’il suit une logique de « no growth ». 

Par exemple, un jeu est répétitif si chaque niveau du jeu présente les mêmes objectifs, si les ennemis sont tous les mêmes ou encore si les attaques du joueur sont identiques, etc. Pour qu’un contenu soit dynamique, il faut que les niveaux (« levelling ») évoluent régulièrement et proposent des nouveautés dans le gameplay afin d’inciter les joueurs à progresser. Par exemple, le jeu Pacman présente différents types de labyrinthe avec une difficulté qui progresse en fonction du degré d’avancement de l’utilisateur. 

Une mauvaise critique dans le monde du jeu vidéo peu parfois des années de travail. Pour ne pas paraître dans la liste des plus mauvais ou des pires jeux sur le web, il faut préférer le qualitatif. Si à l’annonce de la sortie du jeu, le contenu n’est pas optimal, il est important de savoir repousser la deadline. De plus, si même après sa sortie, le jeu présente des anomalies, il faut effectuer un suivi permettant la résolution de ces bugs.

 

Il n’y a pas de science exacte pour concevoir un produit parfait. Dans l’histoire du gaming même les plus grands ont déjà fait face à ce genre de problématique. Ainsi, il est utile de tirer des leçons en comprenant ce qu’il faut ou ne faut pas faire pour réussir le lancement d’un jeu-vidéo. Vous pouvez en apprendre davantage sur ces notions en suivant une formation de Game Design ou Game art avec la plateforme de formation en ligne Campus des Écoles.

 

Je m'informe gratuitement et sans engagement

Si vous souhaitez intégrer les métiers liés au monde du gaming et de la création vidéoludique, Campus des Ecoles vous propose des formations spécialement dédiées aux métiers du numérique.

Vous voulez intervenir dans le Game Design et diriger les mondes que vous créez ? Vous trouverez votre bonheur ici.

Le domaine du dessin et de la modélisation vous intéresse plus ? Vous pourrez faire prendre vie à vos créations en suivant une formation de Game artist.

Je m'informe gratuitement et sans engagement
Je m'informe gratuitement et sans engagement !

Ou appelez nous dès maintenant au :
02 52 56 49 90